Prospective 2050 : Conditions et prérequis en matière de faisabilité technique pour un système électrique avec une forte proportion d’énergies renouvelables à l’horizon 2050 – rapport RTE – IEA

Pour RTE, un système électrique basé sur des ENR en 2050, cela peut être envisageable en théorie, mais beaucoup de “briques” pour faire fonctionner de manière sûre un tel système restent à l’état d’expérimentation, voire de concepts. Le raccourci souvent vu dans la presse “RTE ok pour 100% ENR en France en 2050” est certainement abusif.

De plus comme l’indique le rapport les aspects coût et acceptabilité sociale ne sont pas pris en compte.

Le présent rapport porte sur les conditions et les exigences relatives à la faisabilité technique des scénarios comportant une part élevée d’EnR variables. Ses résultats constituent une condition préalable nécessaire à la poursuite des études avec une modélisation générale du système lancées par RTE pour 2021. La faisabilité technique a été considérée au sens large en englobant les principaux défis techniques associés à de tels scénarios à l’échelle du système. Le rapport n’examine pas la question de savoir si ces scénarios sont socialement souhaitables ou attrayants ni celle de leur coût et de leur viabilité financière. Ces points seront abordés ultérieurement, sur la base des études menées par RTE en concertation avec les parties prenantes. Même si un ou plusieurs scénarios peuvent sembler techniquement réalisables, toute conclusion sur leur opportunité socioéconomique nécessitera donc une analyse plus approfondie. En outre, le rapport ne compare pas les scénarios dans lesquels la part des EnR est élevée avec d’autres scénarios, que ce soit sur le plan technique ou économique.

La question des matériaux utilisés, des terres rares, du cuivre, que ce soit pour les batteries ou les rotors des éoliennes est très peu abordée :

Enfin, ces flexibilités soulèvent elles-mêmes des enjeux environnementaux (par exemple, sur l’utilisation des sols et la criticité des matériaux qu’elles utilisent), et sociétaux (en particulier sur leur acceptabilité, que ce soit pour la généralisation de flexibilité de la demande au sein des logements ou pour le déploiement d’infrastructures comme les électrolyseurs et les interconnexions). Cette analyse environnementale et sociétale doit être menée au périmètre de l’ensemble du système, en intégrant toutes les sources de flexibilité

Pourtant les experts s’accordent pour dire qu’il y aura un problème de disponibilité des ressources à l’échelle mondiale.

Document à consulter sur le site de RTE. La suite des travaux est prévue pour la fin de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.